Accueil > Presse > [Presse] Dès 2022, avec le Bouclier Énergie, protégeons-nous contre la hausse (...)

[Presse] Dès 2022, avec le Bouclier Énergie, protégeons-nous contre la hausse du prix de l’énergie

lundi 13 décembre 2021 Mis à jour le 13 décembre 2021

Pour protéger durablement et efficacement les ménages confrontés à la flambée des prix des énergies, plusieurs mesures concrètes peuvent être mises en œuvre à court et moyen termes. Elles constituent un Bouclier Énergie, solide et protecteur, dont l’État doit impérativement se munir. Soutenir les familles les plus en difficultés et rénover ensemble notre parc de logements résidentiels : ces défis seront au cœur du prochain mandat présidentiel !

Après deux ans de crise sanitaire dont les impacts sociaux, psychologiques et économiques sont immenses, l’augmentation inédite des tarifs du gaz et de l’électricité vient aggraver dramatiquement et durablement les conditions de vie des ménages français. Choisir entre se chauffer et se nourrir : c’est le dilemme auquel font déjà face des millions d’entre eux qui vivent en situation de précarité énergétique. Mais combien seront-ils demain ?

Face à ce constat, les associations et entreprises rassemblées au sein de l’Initiative Rénovons appellent à mettre en place des mesures immédiates pour contrer la précarité énergétique : un véritable « bouclier énergie » constitué de plusieurs niveaux de protection.

Premier niveau de protection : le paiement des factures.

  • L’urgence est d’instaurer un chèque énergie revalorisé à hauteur de 700 euros pour les 3,5 millions de ménages qui sont les plus en difficulté.

Deuxième niveau de protection : l’accompagnement à la rénovation.

  • Sur le long terme, nous devons prendre des mesures structurantes permettant de rénover les logements jusqu’à un niveau de consommation très bas. Des travaux inévitables pour éradiquer les passoires énergétiques, et nous prémunir des futures hausses des prix des énergies. Ces mesures permettront des économies sur les factures pouvant atteindre 1100 euros par an, et encouragent le développement de centaines de milliers d’emplois.

Découvrez, dans le dossier de presse ci-dessous, les mesures détaillées du Bouclier Énergie.

BOUCLIER ENERGIE - Initiative Rénovons -2022


Pour Jean-Baptiste Lebrun, directeur du CLER - Réseau pour la transition énergétique :

« Les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités en matière d’énergie. Le temps déterminant de l’action climatique se situe dans les dix prochaines années. Le prochain mandat présidentiel apparaît comme le moment décisif où il faut agir à la fois pour réduire la précarité énergétique et la consommation d’énergie dans le logement. »

Pour Jean Merckaert, directeur action & plaidoyer France Europe, Secours Catholique/Caritas France :
« Les mesures déjà prises par le gouvernement sont insuffisantes et ne permettent pas d’aider durablement les ménages qui souffrent de précarité énergétique. Il faut au plus tôt revaloriser le montant du chèque énergie, et renforcer les Fonds Solidarité Logement. »

Pour Hélène Macela-Gouin, Vice-Présidente de la stratégie de Schneider Electric France :
« La rénovation énergétique présente de multiples bénéfices mais elle prend du temps. Il n’y a plus une minute à perdre pour agir, en mettant en place une loi de programmation pluriannuelle pour la rénovation énergétique des bâtiments, qui regroupera l’ensemble des dispositifs budgétaires, les moyens réglementaires, fiscaux et financiers adaptés et prévoira leur évolution pour une période de cinq ans. »

Pour Hélène Denise, chargée de plaidoyer Précarité énergétique à la Fondation Abbé Pierre :
« Il est indispensable de mieux aider les ménages modestes à s’engager vers des rénovations globales sans reste-à-charge. Or, aujourd’hui, le reste-à-charge moyen des ménages ‘très modestes’ aidés par MaPrimRénov’ est de 39 % en moyenne. »

Pour Meike Fink, responsable Transition climatique juste au Réseau Action Climat :
« L’urgence climatique et sociale nous impose de bannir la précarité énergétique du quotidien des 12 millions de personnes concernées en France. Il faut accélérer le nombre et surtout la performance énergétique des rénovations pour protéger les ménages vulnérables de la hausse des factures, du froid en hiver et de la chaleur en été avec les canicules qui vont se multiplier. »

Pour Michel Pelenc, directeur général de la fédération Soliha :

« L’équation est très simple aujourd’hui : 27 millions de logements restent à rénover en France pour tenir nos engagements de sobriété du parc à l’horizon 2050. Nous sommes fin 2021, le rapport logements à rénover/années restantes est quasiment de 1 pour 1. Parmi ces logements, 4,8 millions sont considérés comme des passoires thermiques, et la moitié de ce parc est occupé par des ménages en situation de précarité. Compte-tenu de ce contexte, nous devons engager sans tarder et de façon massive la décarbonation du parc et l’éradication de ces passoires. Pour cela, accompagner les ménages fragiles et vulnérables dans cette transition, de manière neutre et personnalisée, reste le levier le plus efficace pour combiner justice sociale et justice climatique. »

Pour Alexandre Fernandez, responsable des Affaires Publiques du Groupe Effy :

« Dans un contexte où la précarité énergétique ne recule pas et où le prix de l’énergie flambe, la rénovation énergétique constitue plus que jamais la réponse au défi environnemental et social du logement. La réduction du reste-à-charge, particulièrement pour les ménages les plus modestes, et le renforcement de l’accompagnement sont clefs pour accroître rapidement le rythme des rénovations performantes. »

Contact presse :

Danyel Dubreuil, coordinateur de l’Initiative Rénovons :
danyel.dubreuil(at)renovons.org
01 80 89 58 38

Renovons

L’initiative « Rénovons ! » est une vaste alliance regroupant les forces vives de la société civile en France, au sens large, engagées en faveur de l’efficacité énergétique grâce à la rénovation énergétique des logements en France. La rénovation des logements, particulièrement les moins performants sur le plan énergétique, doit permettre de résorber structurellement la précarité énergétique.

2017 - 2022